À la poursuite du bonheur : comment anticiper et imaginer l’avenir pourrait vous aider à retrouver le sourire

La quête du bonheur constitue un point de mire pour la grande majorité d’entre nous. Pourtant, la vie a parfois le don de venir bouleverser notre bien-être, de manière plus ou moins radicale. Si nous n’avons aucune prise sur ce que la vie nous réserve, une chose reste en notre maitrise : la manière de gérer nos émotions et de réagir face aux événements. Et s’il était possible d’utiliser ses émotions pour être plus heureux ? C’est à cette question que je vous propose de réfléchir aujourd’hui.

Dans un peu moins de six mois, nous serons au mois de juillet (en fonction du moment où vous lirez ces lignes). Et bon nombre d’entre vous ont peut-être déjà une idée de projet pour profiter des grandes vacances, que ce soit seul, en couple, ou en famille.

Imaginez-vous étendu confortablement sur une plage de cocotiers, le bruit des vagues en bruit de fond, le sable chaud caressant votre peau sous un soleil rayonnant, et vos yeux rivés sur le ciel bleu. Ou, si vous êtes plutôt “montagne”, essayez de vous représenter en train de randonner dans la forêt, bâtons à la main, l’air pur entrant et sortant de vos poumons vivifiés, avec le chant des oiseaux comme seule distraction sonore.

Quel que soit votre projet de vacances, le simple fait de l’évoquer et de l’imaginer vous amènera probablement à éprouver un sentiment de bien-être. Plus encore, anticiper et imaginer à quoi ressembleront vos futures vacances (et aussi d’autres types d’événements) pourrait influencer positivement votre niveau de bonheur et de satisfaction dans la vie… sous certaines conditions !

L’impact de vos émotions dans l’anticipation et la rétrospection d’événements de la vie

Leaf Van Boven et Laurence Ashworth ont publié en 2007 une recherche menée sur l’anticipation et la rétrospection d’événements de la vie. Cette recherche a fait l’objet de plusieurs expériences, explorant à chaque fois l’impact de ces événements en fonction que les participants :

  • anticipent les émotions liées à des événements à venir (anticipation),
  • ou, au contraire, évoquent les émotions perçues lors d’événements passés (rétrospection).

Notez que les événements étudiés étaient de nature variée : la fête de Thanksgiving, le syndrome pré-menstruel chez les femmes, des vacances au ski, le fait de devoir écouter des bruits agaçants. Comme vous pouvez le constater, les chercheurs ne se sont pas tenus à étudier des événements à priori plaisants, mais aussi des événements plus désagréables.

De manière globale, les résultats indiquent que les sujets ayant reçu pour consigne d’anticiper et d’imaginer leur état émotionnel lors d’événements à venir rapportaient des niveaux d’émotions et de simulation mentale plus intenses que les sujets de la condition inverse. Ces résultats ont été observés dans les deux types d’événements étudiés : les événements plaisants ET les événements plus désagréables. En somme :

  • Si vous anticipez et imaginez des événements à venir de nature plaisante (vacances, naissance d’un enfant, mariage…), vous augmentez vos chances d’éprouver des émotions “positives” très intenses.
  • Si vous anticipez et imaginez des événements à venir de nature désagréable (licenciement, accident, décès, divorce…), vous augmentez vos chances d’éprouver des émotions “négatives” très intenses.
  • Si vous évoquez des émotions liées à des événements passés plaisants ou désagréables (en dehors de toute considération psychopathologique, notamment de stress post-traumatique), il y a de fortes chances que celles-ci soient beaucoup moins fortes que celles anticipées et imaginées à priori.
Comment utiliser ses émotions pour être plus heureux : l'anticipation positive | David Vellut
d’après Van Boven & Ashworth (2007)

Utiliser ses émotions pour être plus heureux : comment mettre votre imagination et votre sens de l’anticipation à votre service

Combinée à d’autres études portant sur la même thématique, la recherche évoquée ci-dessus nous permet de tirer plusieurs pistes pour notre développement :

PISTE 1
Utilisez vos émotions comme une machine à voyager dans le temps

Si vous rencontrez actuellement une situation de stress ou de blocage au niveau personnel ou professionnel, prenez le contre-pied de cette situation. Posez-vous la question : à quoi ressemblerait le futur idéal, la lumière au bout du tunnel ? Fermez les yeux, inspirez et expirez un bon coup, puis laissez-vous emporter dans cette vision positive de l’avenir en ressentant les émotions qui y seraient liées. Cet exercice aura comme bénéfice de vous aider progressivement à retrouver du sens au quotidien.

PISTE 2
Servez-vous de vos valeurs et de vos ressources personnelles comme bouclier

Lorsque nous faisons face à des événements de vie perturbants, menaçants ou désagréables, notre perception de nous-mêmes a tendance à faiblir et à bousculer notre identité. En prévision de tels événements, listez dans un document vos valeurs, compétences et talents les plus importants. Demandez à vos proches ce qu’ils trouvent de bien chez vous. Le jour où vous vous retrouverez dans une situation d’anticipation négative, reprenez ce document et relisez-le. Combiné à l’exercice ci-dessus, le fait d’affirmer ce que vous faites de mieux et ce qui est important pour vous agira comme une sorte de bouclier, de tampon, face aux événements difficiles.

PISTE 3
Ayez conscience que votre perception de l’avenir est biaisée

Si le fait d’anticiper positivement les événements à venir peut ponctuellement vous aider à redresser la tête et vous aider à retrouver votre chemin, il ne peut en aucun cas être la seule et unique solution. En effet, comme le montre la recherche évoquée ci-dessus, nous avons tendance à surgénéraliser les émotions (positives et négatives) liés aux événements à venir. Il s’agit d’un biais naturel que nous partageons tous. Nous pouvons évidemment le mettre à profit, mais nous devons AUSSI en accepter les limites. Rêver, c’est bien… mais ça ne fait pas tout !


EN RÉSUMÉ

  1. De manière générale, nous avons tendance à éprouver des émotions plus intenses lorsque nous anticipons et imaginons des événements à venir, qu’ils soient plaisants ou désagréables. Au contraire, si nous évoquons des émotions liées à des événements passés, il y a de fortes chances que leur intensité soit beaucoup plus modérée.
  2. Nous pouvons mettre à profit ce phénomène d’anticipation en cherchant à imaginer notre avenir idéal : le fait de nous concentrer sur un avenir positif peut nous aider à augmenter l’intensité des émotions positives perçues à l’instant présent, et ainsi nous aider à diminuer notre sentiment de stress ou d’anxiété. Ce phénomène peut aussi nous aider à retrouver du sens au quotidien.
  3. Malgré les bénéfices potentiels liés au phénomène d’anticipation positive, il nous faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’une vision biaisée et qu’elle ne constitue en aucun cas une représentation fiable de la réalité. À utiliser donc, oui, mais avec modération, sans la considérer comme une solution unique ou comme une baguette magique.

Sources & Références

Pauketat, J.V.T., Moons, W.G., Chen, J.M., Mackie, D.M. & Sherman, D.K. (2016). Self-affirmation and affective forecasting: Affirmation reduces the anticipated impact of negative events. Motivation and Emotion, 40(5), 750-759. https://doi.org/10.1007/s11031-016-9562-x

Van Boven, L. & Ashworth, L. (2007). Looking forward, looking back: Anticipation is more evocative than retrospection. Journal of Experimental Psychology: General, 136(2), 289-300. https://doi.org/10.1037/0096-3445.136.2.289

Van Tilburg, W.A.P. & Igou, E.R. (2018). Dreaming of a brighter future: Anticipating happiness instills meaning in life. Journal of Happiness Studies. Open access publication. https://doi.org/10.1007/s10902-018-9960-8