[dropcap]O[/dropcap]n me demande régulièrement quels sont les livres sur la formation en entreprise que je recommande pour débuter. Lorsque j’ai commencé à animer mes premières formations, j’avais 19 ans. Je venais à peine d’entamer mes études supérieures, et je n’avais aucune expérience en tant que formateur. Cela ne m’a toutefois pas empêché de me lancer, et d’y prendre énormément de plaisir.

Puis, avec le temps, je me suis rendu compte que pour progresser et me perfectionner, il devenait indispensable que je me forme moi-même. J’ai ainsi suivi plusieurs parcours de formation de formateur et d’animateur, afin de développer mes compétences pédagogiques. Si vous aussi vous comptez vous lancer comme formateur, je vous recommande de suivre cette voie.

À côté de cela, je vous invite également à développer vos compétences en lisant des ouvrages spécialisés sur le sujet. À l’ère de l’information, la quantité de livres disponibles sur les méthodes pédagogiques et l’apprentissage est assez incroyable. Et en plus bon marché !

3 livres sur la formation en entreprise – David Vellut

Vous débutez votre pratique de formateur ? Voici 3 livres sur la formation en entreprise que je recommande personnellement

Je vous propose de découvrir ci-dessous les 3 livres qui ont contribué à changer ma vision de la formation et à faire évoluer ma propre pratique de formateur :

1. Présentation Zen : pour des présentations plus simples, claires et percutantes (Garr Reynolds)

Commandez ce livre sur Amazon →

J’étais encore à l’université lorsque j’ai assisté à mes premiers cours, durant lesquels les enseignants utilisaient des supports de présentation. Et dès le début, j’ai senti que quelque chose clochait : comment les profs pouvaient-ils espérer que leurs étudiants comprennent quelque chose à des diapositives aussi foireuses.

La plupart des supports utilisés cumulaient parfois toutes les erreurs les plus flagrantes en matières de conception de supports multimédia : trop de textes, trop de listes à puces, manque de visuels cohérents, manque total de prise en compte des règles fondamentales de design… Le même phénomène s’est reproduit lorsque nous devions, en tant qu’étudiants, réaliser des présentations en groupes. Et, instinctivement, je me sentais dans l’obligation de faire quelque chose de différent !

C’est quelques mois après ma sortie de l’université que j’ai découvert l’ouvrage « Présentation Zen » de Garr Reynolds. Et je peux vous dire que ce livre m’a boosté à plusieurs niveaux :

  • Il m’a permis de confirmer ce que mon bon sens me faisait déjà sentir : le fait que la plupart des personnes amenées à réaliser des présentations utilisent mal les outils à leur disposition.
  • Il m’a mis sur la voie en matière de design et de communication visuelle : avec des règles simples et efficaces, j’ai pu concevoir des supports multimédia de meilleure qualité et réellement efficaces pour faire passer un message.

Ce que j’ai particulièrement aimé à propos de ce livre :

  • La manière dont Garr Reynolds aborde la thématique des présentations : en faisant référence à la culture japonaise et aux arts zen, Garr Reynolds crée nombre de métaphores pour clarifier son propos. Ce qui le rend aisément compréhensible et très facile à lire.
  • Ce livre est tout bonnement magnifique : illustré de manière exemplaire à l’aide de photos et d’exemples concrets de diapositives (modèles avant vs. après), c’est un véritable plaisir pour les yeux et pour l’intellect.

Ce que j’ai moins aimé :

  • Un manque d’outils et d’une méthodologie concrète, dans la première édition du livre en tout cas. Étant donné que la seconde édition est parue récemment, et que je n’ai pas encore eu l’occasion de la lire, je préfère ne pas trop m’avancer à ce sujet.

2. La vérité sur ce qui nous motive : tout ce qu’il faut savoir pour transformer sa vie et aller de l’avant (Daniel Pink)

Commandez ce livre sur Amazon →

Dès le moment où j’ai mis les pieds dans le monde de la formation, une problématique récurrente est apparue : comment motiver les apprenants, et surtout faire en sorte qu’ils le restent tout au long du parcours ?

Vaste question, qui fait de plus en plus de bruit dans le milieu au vu des évolutions actuelles de la société : intégration des générations dans les entreprises, augmentation de la demande pour les formations en ligne, boom des smartphones et tablettes, développement des réseaux sociaux…

Un contexte dans lequel il devient de plus en plus difficile de donner du sens à une action de formation, et dans lequel les apprenants se lassent très vite du contenu, et surtout de la manière dont ce contenu leur est transféré. Parmi les ouvrages qui traitent de la motivation, le livre « La vérité sur ce qui nous motive » de Daniel Pink est certainement celui qui est le mieux rédigé, le plus simple à comprendre et le mieux synthétisé.

Sur base des recherches menées en sciences humaines, Daniel Pink nous amène à constater que le modèle de motivation que nous utilisons actuellement dans le monde de l’entreprise et de l’éducation est devenu obsolète ! En effet, alors que les entreprises et les systèmes d’éducation fonctionnent encore sur le modèle de la carotte et du bâton, la recherche montre que ce mode de fonctionnement devient de plus en plus inefficace et contre-productif.

3 éléments sont essentiels pour décrire un nouveau modèle de motivation pour les individus du 21ème siècle :

  1. L’autonomie, ou le fait que les individus aient le sentiment et le désir de diriger eux-mêmes leur propre vie,
  2. La maîtrise, ou le besoin pour les individus de s’impliquer et de se spécialiser dans un domaine en vue de développer leur expertise,
  3. La finalité, ou la nécessité pour les individus de (re)donner un sens à leur action, à leur vie.

Ce que j’ai particulièrement aimé à propos de ce livre :

  • Un travail de compilation remarquablement orchestré par Dan Pink : plus de 50 ans de recherches en sciences sociales se retrouvent ainsi synthétisées en moins de 250 pages.
  • Un ton direct, clair et précis, qui va droit au but, sans pour autant sombrer dans le simplisme. Les exemples sont expliqués avec beaucoup de pédagogie, ce qui en fait, à mon goût, le livre le plus limpide que j’ai lu sur ce sujet.
  • Une dernière partie consacrée à des actions concrètes pour mettre les développements théoriques du livre en pratique, principalement dans le milieu des entreprises.

Ce que j’ai moins aimé :

  • Si le monde de l’entreprise est parfaitement représenté dans l’ouvrage, j’ai trouvé dommage que Daniel Pink fasse si peu mention du monde de l’éducation, et de facto à la formation.

3. Modèles de jeux de formation : les jeux-cadres de Thiagi (Bruno Hourst, Sivasailam Thiagarajan)

Commandez ce livre sur Amazon →

Je ne sais pas vous, mais en ce qui me concerne, je développe une aversion de plus en plus poussée vis-à-vis de ces formations durant lesquelles le formateur passe plus des 3/4 du temps à nous balancer des diaporamas les uns à la suite des autres (souvent mal faits, de surcroit !). Résultat des courses : c’est la sieste assurée au bout de 2 heures !

Laissez-moi vous dire une chose : le temps des formations barbantes, où les participants restent cloitrés dans un rôle purement passif, est terminé. Plus personne n’en veut. Pourquoi ? Parce que c’est tout bonnement inefficace ! Dès le départ, j’ai voulu ancrer ma pratique dans le mouvement des pédagogies interactives et participatives. Je ne me voyais ainsi pas comme un prof omniscient, mais plutôt comme un facilitateur d’apprentissage : comprenez par là un mouvement dans lequel ce serait aux apprenants de construire eux-mêmes leurs propres connaissances et compétences.

Le jeu est un outil souvent utilisé pour renforcer cette dynamique active. Seulement, le problème des jeux, c’est qu’il faut souvent concevoir soi-même les règles, créer les accessoires… et qu’en plus il faut changer de jeu à chaque fois que change le contexte de la formation. J’ai récemment découvert un concept de jeux de formation qui vaut le détour : il s’agit des jeux-cadres de Thiagi. Ce sont des jeux prêts-à-former, dont les règles sont déjà écrites, et qui ont été conçus pour servir de contenant, quel que soit le contexte ou la thématique à aborder.

Sivasailam Thiagarajan (alias Thiagi) et Bruno Hourst ont compilé des dizaines de jeux, avec leurs règles, leurs structures, et leurs variantes, dans un livre complet et qui plaira à bon nombre de formateurs : « Modèles de jeux de formation : les jeux-cadres de Thiagi ».

Ce que j’ai particulièrement aimé à propos de ce livre :

  • Le nombre de jeux expliqués dans ce livre est hallucinant. Et tout s’y retrouve en détails, avec des exemples concrets : les règles, la durée des phases, les nombres minimum et maximum de participants… Une vraie bible à consulter au moment de concevoir vos activités pédagogiques.
  • Chaque jeu contient plusieurs variantes, en fonction du fait que la durée de votre animation soit plus longue ou plus courte, que vous ayez plus ou moins de participants… bref presque tous les cas de figures sont passés en revue pour minimiser l’improvisation au moment de l’animation.
  • La dernière section présente quelques conseils utiles pour améliorer son style d’animation. J’aime beaucoup l’aspect très concret et terre-à-terre insufflé par les auteurs.

Ce que j’ai moins aimé :

  • Autant le contenu du livre est très concret, avec des exemples détaillés, autant il manque cette petite touche visuelle (dessins, schémas…) qui permettrait de le rendre vraiment exceptionnel pour le lecteur.